• Parmi les livres que j'ai gardé depuis mon enfance, il y en a un que j'aime particulièrement. Je l'ai reçu en cadeau à un Noël. Ce sont "Les contes des pays de neige" de chez Flammarion, les illustrations sont d'Adrienne Ségur.

     Illustrations d'Adrienne Ségur

    Ce livre est un recueil de différents, contes populaires russes, contes de Grimm, contes d'Andersen et un conte d'Henri Troyat.

    Les contes populaires russes :

    La fiancée de l'hiver

     Illustrations d'Adrienne Ségur

     

    Le prince Ivan

     Illustrations d'Adrienne Ségur

     

    Les contes de Grimm :

    Jorinda et Jorindel

     Illustrations d'Adrienne Ségur

     

    Les trois petits nains de la forêt

     Illustrations d'Adrienne Ségur

     

    Les contes d'Andersen :

     La reine des neiges

     Illustrations d'Adrienne Ségur

      

    Un petit garçon et une petite fille

     Illustrations d'Adrienne Ségur

     

    Henri Troyat

     L'âme de Mélitone

     Illustrations d'Adrienne Ségur

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Décidément, j'aime beaucoup les livres de Marie de Hennezel.

    Il est très difficile de perdre un être cher, sans avoir pu lui dire "Au Revoir", sans avoir pu se préparer à ce départ définitif. Lorsque survient l'épreuve de la séparation notre cœur est saisi par la tristesse, les souvenirs de toute une vie resurgissent alors, et c'est un peu de nous-même qui s'en va.

    Dans son livre Marie de Hennezel nous parle avec beaucoup de délicatesse, de la mort, de la vieillesse. Comment prendre cette vieillesse à "bras-le-corps", car pour elle, vieillir ce n'est pas seulement se détériorer, mais c'est aussi croître. Elle cite Henri Cavaillet quand elle dit : "La dépendance est sans doute le pire des maux dans un monde qui valorise la maîtrise de soi et le contrôle."

    Comment la supporter ? Et comment l'aimer ?

    La réponse est peut-être dans le regard de ceux qui nous entourent, familles ou soignants. Dans le geste, le sourire de l'autre.

    Essayons de regarde l'autre, pas tel que son corps peut devenir, mais avec la tendresse du cœur.

    N'attendons pas nous montrer notre amour notre tendresse à ceux qui nous entourent, nul ne connaît ni l'heure ni le jour, restons attentifs.
    Essayons de vivre chaque jour comme si c'était notre dernier jour.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique